Guinée: Top 5 de ces chômeurs du #Ramadan

#Ramadan 2017 chômeurs Guinée

Depuis, samedi 27 mai 2017, nous sommes en période de #Ramadan de l’an 1438 du calendrier musulman, ce mois de pureté et de grande importance pour les musulmans du monde entier, 29 ou 30 jours durant lesquels, les musulmans s’abstiennent de boire, de manger, d’avoir des relations conjugales du lever au coucher du soleil.

Pendant ce mois, plusieurs activités, dans les pays musulmans sont à l’arrêt, ici je dresse une liste non-exhaustive du top 5 des chômeurs de ce mois de #ramadan en Guinée.

1- Les restaurateurs

En Guinée, bien à l’intérieur du pays que dans la capitale Conakry, la majorité des restaurateurs et autres vendeurs d’aliments « prêt-à-manger »  sont au chômage pendant ce mois de ramadan, à part quelques uns qui vendent la nuit.

2- Les promoteurs culturels et artistes

En Guinée, des promoteurs culturels ont pour boulot de tracer des programmes pour des concerts et tournées d’artistes dans tout les coins du pays. Un business juteux selon eux, mais en cette période de Ramadan, leurs activités sont à l’arrêt et donc ils se disent être en chômage forcés.

3- Les gérants et autres employés des boites de nuit

En temps normal, les boites de nuit font salle comble et cela tous les jours, entre anniversaire (la nouvelle tendance chez les jeunes surtout filles), concert et soirée dansante, les proprios de ces lieux de « divertissement » (entre guillemets parce que les boites de nuit ne sont plus des lieux de divertissement à mon avis, mais cela c’est un autre sujet), je disais donc que les proprios se font beaucoup d’argent en temps normal mais durant ce mois c’est chômage total jusqu’au jour de l’Aid-el-Fitr.

4- Les gérants des débits de boissons

Pendant ce mois dans ce pays habité par une grande majorité de musulmans, la fréquentation des débits de boisson est très faible voire nulle dans certains endroits, vous me direz que si le pays est à majorité musulmane, la fréquentation devrait toujours être faible ou nulle mais ce n’est pas le cas ici pendant les autres mois, (mes voisins maliens peuvent témoigner de leur cas aussi).

5- Les travailleuses du sexe

On le sait dans toute les grandes villes de ce pays, il y’a des travailleuses du sexe qui exercent, mais comme en cette période de piété et de foi, comme la libido de tout les hommes semble être nulle, ces travailleuses du sexe sont dans la majorité des cas, obligées de chômer durant tout ce mois ou du moins la majeure partie de ce mois pour reprendre le boulot à plein temps dès la fin du mois.

NB: Le cas de tout ces chômeurs temporaires n’est pas général, mais du moins majoritaire dans ce pays. Dans quelques rares endroits tout cela est aussi fonctionnel que dans les autres périodes de l’année.

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *