Souvenirs: La présidentielle de 2015 en Guinée

Article : Souvenirs: La présidentielle de 2015 en Guinée
6 mai 2016

Souvenirs: La présidentielle de 2015 en Guinée

C’était en fin de l’année dernière, en octobre 2015, se tenait l’élection présidentielle en Guinée, élection qui propulsera le président sortant Alpha Condé dès le premier tour avec 57,85 % des voix, le coup KO comme ça avait été le slogan de campagne du parti présidentiel.

Une élection dans les conditions normales se déroule dans des règles transparentes, où chacun est libre de voter lucidement pour le candidat de son choix, après le vote, les voies sont comptées par une commission mixte formée dans chaque bureau de vote.

Après ce décompte, les résultats sont réunis à la centralisation par préfecture et transmis à la CENI nationale à Conakry.

Telles sont les conditions théoriques selon les quelles une élection doit se dérouler.

Mais comment s’est déroulée cette élection ?

L’avant élection

Avant les élections, une multitude d’anomalie on caractérisé l’avant scrutin, à propos de la liste électorale, des enrôlements de mineurs ont été constatés ci et là, des élèves de l’élémentaire (CM1, CE2…) se sont enrôlés et cela à plusieurs reprises, a cet effet, des centres d’enrôlements avaient même été installé au sein des écoles élémentaires afin de permettre que tout les enfants soient recensés comme l’a demandé le président. Le vice maire de la commune urbaine de Kankan dans la même région s’est aussi enrôlé à quatre reprises, les images ont fait le tour des réseaux sociaux.

Pire, on a même vu un ministre de la république en l’occurrence le ministre Louceny Camara s’enrôler aussi à quatre reprises, comme on aime à le dire « l’exemple vient d’en haut et l’imitation d’en bas ».

Si des corrections avaient été faites sur le fichier, cela serait corrigé mais toutes ces personnes ont reçu autant de cartes d’électeur que le nombre de fois qu’ils se sont enrôlés.

Le jour de l’élection

Le 11 octobre le scrutin s’est déroulé dans le calme mais dans des conditions pas transparentes, le jour du vote, certains bureaux de vote ont ouvert tard, il n y avait pas d’encre indélébile dans d’autres, ce qui ouvrait la voie à des votes multiples.

Des bureaux de vote ont travaillé ce jour jusqu’à 23 heures dans certaines localités (après autorisation de la CENI) alors que la loi électorale stipule que les bureaux de vote doivent fermer à 18 heures 30.

La liste électorale sur laquelle doit signer chaque votant est imprimée pêle-mêle, pour retrouver une personne on perd une dizaine de minutes, les agents de la Commission Électorale (CENI) ont été obligé de faire signer les votants devant d’autres noms que les leurs, ce qui est une autre violation du code électoral.

Le jour du vote, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) publie deux communiqués, l’un autorisant le vote sans enveloppe et l’autre donnant l’autorisation à certains bureaux de vote de fonctionner jusque tard dans la nuit, on ne change pas les règles du jeu pendant le match non ?

L’après élection

L’élection terminée, place au décompte des voies maintenant, ce décompte nous réservait d’autres surprises, dans plusieurs bureaux de vote le nombre de votants était de loin plus nombreux que le nombre d’inscrits, certaines fois le double.

Par exemple une grande circonscription électorale, celle de N’Zerekoré en l’occurrence qui comptaient 151.467 inscrits à enregistré un total de 157.772 votants soit exactement 6305 électeurs de plus. Surement des votes répétitifs qui peuvent entacher le résultat contrairement à ce qu’a annoncé la mission d’observation de l’union européenne «Ce que nous avons vu, observé, et ce qui nous a été signalé, pour moi n’entache pas la régularité du vote ».
C’est donc comme ça et dans ces conditions que sont donc déroulés l’élection présidentielle du 11 octobre 2015 en Guinée Conakry. Heureusement, tout est bien déroulé dans le calme, la sérénité, il n y a pas eu de morts, ni même de blessés et toutes les parties ont été félicités pour cela.

Partagez

Commentaires